maison

1,2,3… Nous irons chez SIMON  !

Trois questions à Simon, le Coiffeur de Famille.

 

Vous coiffez des enfants de tout âge, même des très petits ,et pourtant chez vous, on entend rarement des pleurs, plutôt des éclats de rires… Avez-vous une recette magique ?

 

Simon : Il y a d’abord la décoration des salons qui est joyeuse, avec des dessins sur tous les miroirs… Tout y a été conçu spécialement pour les enfants, y compris la large banquette d’attente prolongée par un écran vidéo qui diffuse des dessins animés.  Cela contribue forcément à l’ambiance générale,  à la bonne humeur… Et puis, même s’il n’existe pas de règle en la matière, la  première attitude à adopter avec les enfants, c’est de prendre son temps ! Cela fait partie du travail ! Il faut ajuster son ton au comportement de l’enfant. Pour les plus petits, on peut proposer à la maman de le prendre sur ses genoux pendant la coupe afin de le mettre en confiance. Si il est plus grand, il faut lui permettre de dessiner, de jouer à la console de jeux pendant qu’on le coiffe, d’accepter que son frère ou sa sœur vienne s’asseoir à ses côtés… De petites attentions, simples, qui le rassurent et fixent son esprit sur un autre objectif. Ainsi, nous pouvons réaliser un travail de qualité. Les parents sont satisfaits, c’est essentiel car chez nous un coupe à un coût, et les enfants reviennent avec plaisir et sans appréhension.

 

Voilà pour l’approche, dont on sait qu’elle est délicate avec les plus petits, mais qu’en est-il des coupes ?

 

Simon : Pour les coupes, nous allons évidemment prendre en compte la nature de cheveux et le souhait des parents qu’il faut respecter ou savoir adapter à la situation. Mais il faut surtout avoir à l’esprit, qu’entre 2 et 5 ans, un enfant ne sait généralement pas se coiffer! Donc, nous allons privilégier des coupes qui vont lui permettre d’être bien coiffé en toute situation. Des coupes qui se remettent facilement en place, qu’il sorte du bain, qu’il vienne d’enlever son bonnet ou qu’il ait joué une partie de foot dans le jardin… Au fil des ans, nous avons acquis cette expertise. Finalement, nous proposons des coupes qui permettent d’être bien coiffé, sans avoir à se coiffer… C’est ça qui est magique !

 

Enfin, après vingt ans passés ciseaux en main, avez-vous noué des liens avec certaines familles ?

 

Simon : Je travaille dans le salon de la rue Vavin depuis 23 ans. Il y a plus de 10 ans, je l’ai acheté pour le façonner à mon idée et j’ouvre aujourd’hui un deuxième salon dans le 9ème arrondissement parisien. Des liens se sont donc tissés avec des petits qui, devenus adolescents, continuent à se faire coiffer ici.  Ils viennent nous présenter leurs copains, leurs « petites copines »… Je constate aussi que ce sont désormais les enfants qui entraînent leurs parents chez Simon. Il est d’ailleurs fréquent que les mamans en profitent pour se faire coiffer aussi. Enfin, il y a ceux que j’ai connu adolescents et qui , à leur tour, sont devenus des parents. Nous coiffons la deuxième génération. C’est une vraie reconnaissance et j’en suis très fier !